Entreprise / Business

Plan de trésorerie : quelles sont les étapes pour l’établir ?

Plan de trésorerie

Posséder une trésorerie est une chose importante pour un entrepreneur ou un chef d’entreprise, cela dit, ces derniers éprouvent parfois certaines difficultés à bien gérer leur trésorerie. C’est pour cela qu’il est nécessaire de mettre en place un plan de trésorerie pour avoir une meilleure visibilité de sa situation budgétaire et ainsi, être capable de faire face aux éventuels soucis financiers.

Tout gestionnaire digne de ce nom se doit d’utiliser cet outil prévisionnel afin de prévenir le manque de cash et faire en sorte que les comptes ne se retrouvent pas à découvert. Découvrez, dans cet article, ce qu’est le plan de trésorerie et les démarches à suivre pour l’établir.

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie est un tableau qui résume les décaissements et les encaissements prévisionnels de la société. Plus les mois passent, plus le tableau contient plus de détails afin d’offrir une meilleure visibilité à ceux qui décident sur les flux de trésorerie prévisionnels à court et à long terme.

Cela peut donner une estimation assez précise sur les dépenses et les futurs profits, ainsi qu’une bonne gestion du capital financier. L’efficacité du plan de trésorerie repose entièrement sur l’exactitude des prévisions des flux financiers. Ainsi, le solde prévisionnel du mois pourra être déterminé, ce qui permettra à la société d’anticiper et de faire face aux dépenses du mois prochain et de ceux à venir.

Comment procéder pour établir un plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie se décompose en deux parties essentielles, à savoir :

  • Les encaissements ;
  • les décaissements.

Les encaissements

En ce qui concerne les encaissements, les points essentiels à prendre en considération sont les suivants :

  • Les apports en capital (les augmentations de capital et le capital de départ) ;
  • le chiffre d’affaires prévisionnel TTC :
  • les apports en compte courant ;
  • les produits financiers ;
  • les subventions reçues ;
  • les remboursements d’impôts.

La principale difficulté des décaissements se situe dans la prévision du chiffre d’affaires prévisionnel. Il faut avant tout être capable de prévoir son montant probable de manière correcte, puis d’y combiner les délais de paiement prévisionnel.

Les décaissements

Dans la majorité des cas, les décaissements concernent les éléments suivants :

  • Les investissements,
  • les frais totaux TTC (honoraires, assurance, entretiens, loyers, les frais de transport, etc.) ;
  • les achats TTC ;
  • les taxes et les impôts ;
  • les charges sociales et les salaires ;
  • les reprises d’apport en compte courant ;
  • les réductions de capital ;
  • les charges financières.

Afin de travailler sur les décaissements qu’il faut introduire dans le plan de trésorerie, vous devez suivre quelques conseils importants, au risque d’avoir une trésorerie négative.

Si vous avez déjà effectué des comptes chaque année pour votre société, il est important de reprendre la totalité des dépenses réalisées avec les montants associés qui figurent dans le compte de résultat le plus récent, d’indiquer les formalités de règlement liées à ces dépenses et de prévoir avec précision leur évolution probable pour l’année suivante.

Par ailleurs, sachez que le grand-livre des fournisseurs peut vous être d’une grande aide pour définir les formalités de régalement, à condition que les conditions de travail avec vos collaborateurs restent inchangées.

Après que la liste des décaissements soit achevée et que vous avez pu y ajouter les modalités et les montants de régalement, il ne vous reste plus qu’à vous assurer que les montants soient reportés dans votre plan de trésorerie.

En revanche, si votre entreprise est nouvelle, le travail sera un plus difficile à réaliser, car vous n’aurez pas de base de travail associée aux événements réels. Vous devrez donc préparer les 3 listes suivantes :

  • Une liste comportant toutes les dépenses prévues, c’est-à-dire les charges sociales, les salaires et les locations ;
  • une liste contenant tous les investissements prévus ;
  • une liste contenant toutes les ressources financières qu’il faut rembourser et les dividendes.

Après cela, il convient d’associer chaque point à une date de règlement pour que vous puissiez les introduire dans la case appropriée du plan de trésorerie. Pour finir, n’oubliez pas de renseigner l’ensemble des impacts associés aux fiscalités dans le plan de trésorerie comme la CFE, la CVAE, les impôts sur les sociétés, la TVA, etc.

Lire également : Quels sont les meilleurs logiciels de trésorerie pour gérer votre entreprise ?

Quels sont les facteurs qui engendrent une trésorerie négative ?

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent expliquer une trésorerie négative. En voici les plus courants :

  • La diminution du chiffre d’affaires ;
  • une mauvaise rentabilité et la baisse de la marge bénéficiaire ;
  • une mauvaise gestion du BFR, qui peut résulter du décalage entre le décaissement du paiement fournisseur et l’encaissement du paiement client ;
  • une grande quantité de stock qui n’est pas encore vendue suite à une mauvaise rotation de stock ;
  • des dividendes distribuées en ne tenant pas compte du décalage de paiement des clients et des fournisseurs.
Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top