Entreprise / Business

Le terminal de paiement Yavin lève 1.2 millions d’euros

yavin

Vous avez probablement déjà entendu parler de NFC. De l’anglais Near Field Communication, cela signifie Communication en Champs Proche (CCP) en français. Cette technologie, basée sur le Bluetooth, permet à deux terminaux d’échanger des informations. L’une de ses principales applications est le paiement sans contact.

Dans le même ordre, il y a le TPE, connu aussi sous le nom de lecteur de carte bancaire. Le terminal de paiement est un dispositif permettant de procéder à des transactions par carte bancaire. Il y a des chances que vous l’ayez déjà utilisé une fois dans votre vie. Il faut reconnaitre qu’actuellement, c’est un moyen de paiement courant.

Dans le commerce, il y a peu d’alternatives face à ces mastodontes. Seulement, Yavin a bien l’intention de leur tenir la dragée haute. Il s’agit de terminaux de paiement Android créé en 2020. La startup fondée par Samuel Manassé (CEO) et Alfred Bourély (CTO) avance des frais imbattables comme principal argument.

Une levée de fonds réussie

Un an après son déploiement, Yavin cherche à grandir. Ainsi, le 9 septembre 2021, SeedCamp a réuni des grands noms de la fintech française pour une levée de fonds. Le fonds anglais a pu rassembler la somme de 1.2 millions d’euros. Cette somme permettra à la jeune pousse de passer un cap pour la conquête de nouveaux clients.

Le moins que l’on puisse dire c’est que les investisseurs sont séduits par le projet de la firme parisienne. Parmi eux, on note la présence de Xavier Niel, Arthur Waller, Pierre-Antoine Dusoulier ou encore Renaud Visage. Il faut dire que Yavin a des arguments prometteurs.

Yavin bien parti pour conquérir de nouveaux marchés

Yavin, c’est un terminal de paiement Android, mais pas que. Le service compte trois déclinaisons : mini X, Yavin X et Yavin X fixe PinPad. Pour la startup, ces versions permettent de ratisser large. Du moins, les offres s’adressent aux MPE, hôtels, libéraux comme les avocats, médecins, notaires, commissaires-priseurs… La marque se démarque par une solution personnalisable en fonction de l’activité et des besoins du professionnel.

La technologie, sans engagement, intègre le reporting intelligent, la connexion à la caisse, le contrat cartes bancaires, etc. Elle reconnait également d’autres services comme AliPay, Lydia, Visa, Mastercard, Swile, titres restaurants, ApplePay, Google Pay et bien d’autres encore.

Si Yavin compte moins de 1 000 clients pour le moment, la jeune pousse lorgne sérieusement sur les PME françaises qui représentent plus de 9 entreprises sur 10 en France.

5/5 - (1 vote)
Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top