Entreprise / Business

Créer une holding : quelles sont les démarches à suivre ?

creer holding

Avoir une société, la gérer et souhaiter son accroissement dans le monde du business est ce que souhaitent faire de nombreux entrepreneurs, qui doivent en l’occurrence prendre une multitude de décisions capables de changer le cours de leur évolution. Souvent, afin de gagner en importance et d’avoir plus de significativité auprès de ses homologues, il est important de s’associer à eux ainsi qu’avec plusieurs actionnaires.

C’est là tout l’intérêt d’une holding qui sert, entre autres, à regrouper plusieurs organismes autour d’un seul et même intérêt, qu’il soit financier ou autre. Il existe de nombreux types de holdings, mais comment créer cette dernière et la réussir ?

Qu’est-ce qu’une holding et quels sont ses différents types ?

Une holding, par définition, n’est rien d’autre qu’une société comme une autre, sa création passe par quasiment les mêmes étapes, elle possède quelques avantages des sociétés que tout le monde connaît et elle peut exister grâce aux différentes formes.

Le dernier point signifie, en d’autres termes, qu’il est possible qu’une telle société soit une SCI, une SARL, une EURL… Le choix final revient entièrement au créateur et à ses besoins.

En revanche, il est important de garder en tête qu’il existe une différence significative entre une holding et une entreprise traditionnelle. En effet, la création d’une holding requiert l’implication de nombreux actionnaires.

Ces derniers sont obligés de se mettre d’accord sur les différents arrangements et contrats. Ainsi, ce type d’entreprises possède de nombreuses ramifications dans d’autres sociétés, ce qui en fait une société mère. Cela étant dit, il faut maintenant savoir qu’il existe différentes catégories de holdings selon leurs intérêts, parmi elles, il y’a :

  • Les entreprises holding de technologies ;
  • les holdings d’entreprises à différents caractères d’activité ;
  • les entreprises spécialisées dans les transports ;
  • les sociétés bancaires, financières…

Selon le type d’activités que possède un groupe d’actionnaires, il est possible de choisir un ou plusieurs domaines d’activité pour la holding en question. De plus, il faut savoir qu’il existe deux types distincts de holdings : celles qui sont actives et les autres qui sont passives. Cela est une information des plus importantes, car les deux types ont des fonctionnements tout à fait différents.

La holding passive

En règle générale, une société de holding passive est une société qui ne prend part dans aucun type de services. Son principal objectif est donc de détenir les différentes actions de toutes les sociétés participantes. Son rôle est donc la gestion du patrimoine des participants sans pour autant employer des salariés, car son activité est limitée à une activité civile uniquement.

La holding active ou animatrice

Ce cas est tout le contraire du précédent, car ce type de sociétés holding ne se contente pas de gérer des actions ou un patrimoine, mais elle propose également un certain nombre de services. Cependant, il est important de savoir que les holdings actives posent quelques problèmes en matière d’administration.

C’est d’ailleurs, la raison pour laquelle il faut respecter un certain nombre de mesures de jurisprudence. Aussi, une telle société, dû au fait qu’elle soit capable de proposer différents types de services, peut également compter quelques salariés afin de mener à bien cette mission.

Comment faut-il procéder pour créer une holding ?

La création d’une holding ou société mère est à la fois compliquée et très facile. La première étape à laquelle il faut penser est le choix d’un statut juridique. En effet, comme pour toutes les autres entreprises, une holding doit pouvoir se présenter juridiquement.

Ce choix revient entièrement aux créateurs de l’entreprise qui doivent connaître leurs intérêts et les comparer en fonction des choix qui leur sont proposés. Il est donc possible d’opter pour une société civile, une société commerciale ou encore une société anonyme. Les trois options sont très différentes les unes des autres, car elles possèdent leurs propres limitations, ainsi que leurs libertés.

Pour ce qui est des sociétés civiles, il est important de garder en tête qu’en matière de responsabilités, aucune limite n’est fixée. En revanche, la gestion du patrimoine de la société constitue le seul terrain d’activité social.

Cela est tout le contraire des sociétés commerciales qui, dans leur cas, possèdent beaucoup de limites en matière de responsabilité. Cependant, chaque actionnaire qui entre dans la constitution de celle-ci possède énormément d’avantages fiscaux et juridiques grâce à la protection que ce type de sociétés a tendance à leur conférer.

Il faut savoir que si un groupe décide d’opter pour une holding commerciale, il est nécessaire pour eux de faire appel à un commissaire aux apports. Cela est obligatoire lorsqu’il s’agit de dépasser un certain montant quant à l’apport en nature.

Enfin, en ce qui concerne les sociétés anonymes, de nombreuses formes juridiques peuvent être adoptées, mais c’est la SAS ou société par actions simplifiées qui est la mieux adaptée en raison de toutes ses facilités. Cela permet aux actionnaires de bénéficier de beaucoup d’avantages sans qu’ils prennent le risque de tout perdre d’un coup. C’est donc très bénéfique pour leurs activités.

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top