Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Une '' calculatrice '' pour savoir s'il faut aller chez Free Mobile...

Jeudi 19 Janvier 2012 - 03:22
Next 51
Blogueur indépendant et fondateur du site next51.net (2009). Régulièrement classé dans le top des... En savoir plus sur cet auteur



Une '' calculatrice '' pour savoir s'il faut aller chez Free Mobile...
Est-ce avantageux de changer pour Free mobile, Virgin mobile, Sosh, Zéro Forfait, B&You ou SFR maintenant ?

Même en étant encore engagé, il peut être avantageux de mettre fin à son contrat pour partir à la concurrence.
Cette calculatrice simple et rapide vous permet de connaître le moment où il est plus avantageux pour vous de changer.
Attention : cet outil ne tiens pas compte des avantages fidelité que vous avez pu récolter, du prix du mobile, des services en plus ou en moins, etc...
Cette calculatrice a le seul but de vous aidez pour votre décision finale de rester ou changer...

Faites vos calculs: ICI

Vous pouvez nous suivre sur:
Twitter
Facebook
Google+
Flux RSS



1.Posté par Charles le 21/01/2012 21:29
ce simulateur est plutôt bien fait aussi; pour comparer avec l'offre Free uniquement mais offre néanmoins de bons conseils pour se séparer de son opérateur actuel:
http://forfait-mobile-free.fr

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.