Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Steve Balmer le roi de la Keynote? Heu...Non...

Samedi 9 Janvier 2010 - 15:30


Comment rater un rendez-vous si important pour Microsoft? Laissez faire Steve Balmer...


Steve Balmer le roi de la Keynote? Heu...Non...
Microsoft rate son rendez-vous avec la tablette

Pour une fois, la rumeur disait faux. Ou plutôt, on a trop voulu y croire. Mardi, à la veille de la conférence 'keynote' de Steve Ballmer, le patron de Microsoft, qui traditionnellement ouvre les hostilités du Consumer Electronics Show, le New-York Times croyait savoir de source sûre et bien renseignée que Microsoft en profiterait pour lancer avec HP une tablette tactile révolutionnaire, sur le modèle de prototypes dont des vidéos avaient fuité sur le web à l'automne.

Une bonne nouvelle, au milieu d'une conférence au goût d'exercice obligé, pauvre en nouveautés. Rien ou presque sur les mobiles, Steve Ballmer ayant averti qu'il préférait garder ses annonces pour le World Mobile Congress de Barcelone le mois prochain. Soit. Beaucoup d'autosatisfaction aussi, méritée, autour de Windows 7, 'Le système d'exploitation le plus vendu de l'histoire de l'informatique...', avec en prime quelques nouveaux PC, plutôt réussis, mais vite expédiés.
'Slate'

Autant de platitudes qui laissaient espérer un coup d'éclat en fin de conférence. D'ailleurs, pendant une démo qui n'avait rien à voir à un bout de la scène, des murmures se font entendre, alors que des petites mains installent dans la pénombre un présentoir avec ce qui ressemble à trois tablettes. Un frisson vite effacé, une fois la lumière rallumée: à côté d'une tablette Archos que l'on connaît depuis la fin de l'été, à côté d'une tablette du Taïwanais Pegatron, un troisième tablette, certes signée HP, mais elle aussi sous Windows 7, un système doté de fonctions tactiles, mais pas forcément pensé pour se contenter de cette interface.

Une tablette baptisée 'Slate' qui sortira dans le courant de l'année, façon pour HP de tâter le terrain d'un marché à créer. Un effort vaillant, mais rien de très neuf dans l'expérience utilisateur. On est loin, très loin, du concept 'Courier', encore paraît-il à l'état de prototype dans les labos de Microsoft et d'un ou deux constructeurs, dont les images volées tournent en boucle sur le web depuis octobre.

Mais il est semble-t-il encore trop tôt. Dommage, la sortie, ou même la simple annonce de tablettes basées sur le concept Courier aurait été un coup de communication magistral, une nouveauté qui à côté de Windows 7 et du Projet Natal aurait signé un beau triumvirat d'initiative et d'innovation à Redmond. Un coup probablement bienvenu pour l'entreprise, à trois semaines de l'annonce attendue de l'iSlate, la tablette d'Apple, dont on ne sait encore pas grand chose, mais qui forcément devrait faire très fort, côté interface.

En refusant de fâcher ses partenaires constructeurs en regardant trop loin vers le futur, Microsoft s'est privé, au moins dans l'inconscient collectif geek, de préempter un marché et de signer son antériorité. L'entreprise croit pourtant depuis longtemps à ces tablettes, depuis la sortie en 2002 des premiers TabletPC, sous Windows XP, que l'on pouvait également utiliser clavier escamoté, du bout d'un stylet, pratiques pour la prise de notes, mais bien loin encore d'un succès grand public.

Huit ans plus tard, c'est Courier que l'on attendait, pas juste un PC sous Windows - aussi petit soit-il - que l'on aurait privé de clavier. Mais Redmond a raté l'occasion de dégainer le premier. La parole passe donc à Cupertino, qui devrait la prendre, le 27 janvier.

Sur le forum

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.