Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Paralysé de la nuque aux pieds, son iPhone lui permet d'avoir une autre vie

Jeudi 12 Novembre 2015 - 14:25
Next 51
Blogueur indépendant et fondateur du site next51.net (2009). Régulièrement classé dans le top des... En savoir plus sur cet auteur



Crédit photo Ian Ralston
Crédit photo Ian Ralston
Ian Ralston est un ancien soldat américain, paralysé depuis 2010, lors d'une mission pendant la guerre en Irak.


L'handicap de Ian Ralston ne lui permet pratiquement aucun mouvement. Mais il y a plusieurs mois, l'ancien soldat a fait l'acquisition d'un iPhone 6 équipé de l'application Switch Control.

Cette application lui permet d'interagir avec son fauteuil roulant, avec sa bouche, en soufflant dans un tube.

Ian Ralston a retrouvé un peu de liberté, qu'il avait perdu depuis sa blessure, qui le paralyse de la nuque aux pieds.

L'ancien soldat poste lui même ses photos et messages sur Facebook, et peut suivre et commenter les exploits de son équipe favorite de football américain.

Son rêve serait que plus d'handicapés comme lui profite des nouvelles technologies et des applications comme Switch Control, encore trop méconnues à ce jour.

Source

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.