Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Lance Armstrong: On aime ou pas ...

Dimanche 26 Juillet 2009 - 19:37



Lance Armstrong on aime ou pas... En tous cas, je vous invite simplement à voir cette vidéo qui est un spot de publicité réalisé par Nike sponsors de Lance Armstrong.
Au fait... J'aime!

Lance Armstrong, troisième du Tour de France 2009, n'a certes pas remporté une huitième Grande Boucle mais, le coureur de la formation Astana, au micro de France Télévisions, s'est tout de même montré satisfait:
"C'est très bien. J'étais bien préparé mais le cyclisme est rempli de jeunes. C'est difficile de lutter. Toutefois, je suis aussi heureux qu'en 2005"
Date de sa septième et dernière victoire sur la Grande Boucle. En bon compétiteur qu'il est, l'Américain pense déjà à la prochaine édition:
"En 2010, je serai là. J'espère être encore plus en forme. Je ne sais pas comment mon corps réagira mais je ferai de mon mieux."



1.Posté par fredchie le 19/08/2009 20:57
quoi qu'on pense, quoi qu'on en dise, c'est un athlète hors norme qui brille autant par ses capacités physiques, mentales, humaines qu'intellectuelles. On ne peut être qu"admiratif. Bravo champion !

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.