Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Lamborghini présente son nouveau smartphone 7 fois plus cher que l'iPhone 6

Mercredi 17 Décembre 2014 - 14:19
Next 51
Blogueur indépendant et fondateur du site next51.net (2009). Régulièrement classé dans le top des... En savoir plus sur cet auteur



Le designer Tonino Lamborghini, présente le 88 Tauri, un nouveau smartphone luxueux doté d'un châssis en acier recouvert de cuir. Il sera prochainement disponible pour l'équivalent de 4 900 euros, soit le prix de 7 iPhone 6.


Le Tonino Lamborghini 88 Tauri est personnalisable tant au niveau de l'acier (nature, noir ou or) que du cuir (bleu, orange, rouge, marron ou noir).

Au niveau des composants, le smartphone comprend un écran de 5 pouces HD (1080p), un processeur Qualcomm Snapdragon 801 cadencé à 2,3 GHz, deux capteurs photo de 8 et 20 mégapixels, 3 Go de RAM et 64 Go de stockage, le tout fonctionnant sous Android KitKat (4.4) et étant compatible aux réseaux 4G.


Seuls 1947 exemplaires (comme l'année de naissance de Tonino Lamborghini) devraient être produits en 2015.

D'autres marques aussi prestigieuses que Lamborghini, comme Ferrari ou Bentley, ont déjà fait l'objet de montres à leur effigie en collaboration avec le constructeur Vertu.

.

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.