Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Internet: Ainsi parlait Hugo Chavez...

Samedi 20 Mars 2010 - 12:59


Dans la rubrique de ceux qui ont tous compris à internet, cette semaine Hugo Chavez...


Internet: Ainsi parlait Hugo Chavez...
Le président vénézuélien a mis à profit une information erronée diffusée sur un site web pour dénoncer les pratiques terroristes d'Internet.

A la tête du Vénézuela depuis 1999, le président Hugo Chavez est très présent dans les médias, qui retransmettent chaque semaine ces interventions.

En outre, de nombreuses stations de radios et chaînes de télévision opposées au pouvoir ont été fermées ces dernières années (34 en 2009), inquiétant de nombreux défenseurs de la liberté d'expression au Vénézuela et dans le monde.

Or, dernièrement, l'ire d'Hugo Chavez s'est portée sur Internet. Noticiero Digital, un site d'information en ligne qui possède également un espace participatif et qui s'affiche plutôt dans le camp de l'opposition, a accueilli un post annonçant le faux assassinat d'un des membres du gouvernement.

Bien que le site ait supprimé ce post et banni ses auteurs définitivement, le président n'a pas manqué de déclarer à la télévision, dimanche dernier : « Internet ne peut pas être quelque chose d'ouvert où tout est dit et fait. Non, chaque pays doit appliquer ses propres règles et normes » et plus particulièrement à l'encontre de Noticiero Digital : « Nous devons agir. Nous allons demander au procureur général de l'aide, parce c'est un crime. Je dispose d'informations affirmant que ce site publie régulièrement des histoires appelant à un coup d'État. Cela ne peut pas être permis ».

Selon le site, il s'agit pour le gouvernement de menacer la liberté d'expression sur Internet, après avoir muselé radios et télévisions. Chavez n'a d'ailleurs pas caché son animosité à l'égard des réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook, qui serviraient à véhiculer des rumeurs infondées.

Le site de micro-blogging s'est également vu qualifié d' « outil de terreur » par le président vénézuélien. Le tort de ces sites communautaires à la mode ? Ils seraient utilisés par de nombreux opposants au pouvoir en place pour organiser des rassemblements et des manifestations de contestation.

Hugo Chavez ira-t-il jusqu'à prendre conseil auprès de Brice Hortefeux et de Michèle Alliot-Marie et décidera-t-il de filtrer le net vénézuélien pour lutter contre la pédopornographie, sur le modèle de la Loppsi 2 ?

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch




cookieassistant.com