Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Fin du Bug ''Ne pas déranger'' sur iPhone...

Lundi 7 Janvier 2013 - 13:58
Next 51
Blogueur indépendant et fondateur du site next51.net (2009). Régulièrement classé dans le top des... En savoir plus sur cet auteur



Fin du Bug ''Ne pas déranger'' sur iPhone...
Nous en avons parlé ici et là, depuis la nuit du 31 décembre au 1er janvier, la fonction ''Ne pas déranger'' présente depuis l'iOS 6, ne fonctionne plus...

Bon, on va dire qu'en matière de ''bug'' il y a pire! Quoi qu'il en soit, Apple annonce que le problème est désormais résolu.


La fonction «Ne pas déranger», présente sur iOS 6 est disponible dans les réglages. Cela permet de bloquer les appels nocturnes sans devoir mettre l’appareil en «Mode Avion».
Il est possible de paramétrer l’horaire d’activation, d’autoriser des appels de numéros favoris ou lorsqu’une personne téléphone à deux reprises en moins de 3 minutes.

1/ Activez >>> Ne pas déranger pour bloquer tous les appels et notifications.
2/ Activez l'option manuellement ou programmez une période récurrente.
3/ Autorisez le cas échéant les appels de vos proches ou de groupes de contacts de votre choix.

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.