Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


B&You lance aujourd'hui sa carte prépayée sans durée de validité...

Lundi 10 Septembre 2012 - 16:43
Next 51
Blogueur indépendant et fondateur du site next51.net (2009). Régulièrement classé dans le top des... En savoir plus sur cet auteur



B&You lance aujourd'hui sa carte prépayée sans durée de validité...
Depuis ce matin, l'opérateur B&You va lancer sa carte prépayée sans limite dans le temps.
La carte prépayée permet de ne pas s’engager, et de maitriser son budget en rechargeant à son rythme en fonction des besoins. Cependant, les prix des communications, sms et internet restent élevés et les recharges proposées ont une durée de validité qui peut parfois être contraignante.

B&You lance aujourd'hui sa carte prépayée sans durée de validité...
Les recharges prévues allant de 10 à 60 € seront sans durée de validité avec aucun risque de perte de crédit. Les tarifs annoncés pour les appels est de 0.10 € par minute, 0.05 € par envoi de sms et 0.05 € par Mo pour l’accès Internet soient des prix les plus bas sur le marché.

Le crédit initial doit être utilisé dans les 30 jours qui suivent l'activation. Pour conserver sa ligne, au moins un acte payant par an doit être réalisé.

Sur le forum: ICI


Vous pouvez nous suivre sur:
Twitter
Facebook
Google+
Flux RSS

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.