Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...





 


Après "Dis-moi Siri", "Bonjour Cortana"...

Mardi 9 Décembre 2014 - 17:20
Ford Stan
Rédacteur (en chef) sur next51.net, je suis aussi ingénieur dans l'aéronautique. La cinquantaine,... En savoir plus sur cet auteur



Dévoilé au printemps 2014, Cortana est l'assistant personnel virtuel développé par Microsoft pour Windows Phone. Il concurrence de fait Siri d'Apple, Google Now ou encore S Voice de Samsung.

Pour le moment, il n'est disponible que sous Windows Phone 8.1 et en anglais, pour les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, et l'Australie notamment.


Les développeurs français vont pouvoir appréhender l'assistant vocal intelligent de Microsoft, Cortana, à travers une première version alpha mise à leur disposition.

Il s'agit d'une étape importante dans l'arrivée prochaine en France de cette technologie sous Windows Phone, puis Windows 10.

Lorsqu'un utilisateur parle à Cortana pour la première fois, l'assistant lui demande son nom et vérifie sa prononciation.

Petit à petit elle apprend à mieux le connaitre, avant de lui faire régulièrement de nouvelles suggestions pertinentes basées sur ses intérêts personnels.

Il est possible d'interagir à tout moment avec Cortana aussi bien par le langage naturel qu'en utilisant la saisie.

.

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch







next51 : À qui ressemblez-vous "culturellement parlant" ? :)... https://t.co/99sKJSFc0U
next51 : Apple, 1er contribuable américain https://t.co/lG5SayyDlb https://t.co/DFTNtmtKYj
next51 : Google Arts & Culture, l'App sur iPhone qui retrouve votre sosie parmi des oeuvres d'arts… https://t.co/Nzd9q08NU5



Apple, 1er contribuable américain

Apple, 1er contribuable américain
Apple va payer 38 milliards de dollars d'impôts sur ses bénéfices réalisés à l'étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient à l'étranger. Ils étaient imposés à 35% s'ils étaient "rapatriés" aux Etats-Unis. La réforme fiscale offre désormais aux entreprises américaines la possibilité de pouvoir rapatrier les bénéfices réalisés à l'étranger à des taux variant entre 8% et 15,5%.