Connectez-vous S'inscrire

next51.net




next51.net : Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...


"OH WOW. OH WOW. OH WOW"....


Lundi 31 Octobre 2011 - 12:55




"OH WOW. OH WOW. OH WOW"....
Ces mots ont été les derniers que Steve Jobs a prononcé quelques heures avant sa disparition. C'est ce que j'ai lu dans l'éloge funèbre que sa soeur, Mona Simpson a prononcé au service funéraire qui a eu lieu au Memorial Church of Stanford University. Celui-ci a été publié dans les colonnes du New-York Times

Je vous en propose une petite traduction. Elle n'est surement pas parfaite mais m'a occupée quelques heures ce matin!

"OH WOW. OH WOW. OH WOW"....
« J'ai grandi comme un enfant unique, avec une mère célibataire. Parce que nous étions pauvres et parce que je savais que mon père avait émigré de Syrie, j'ai imaginé qu'il ressemblait à Omar Sharif. J'espérais qu'il soit riche, gentil et viendrait dans nos vies (et notre appartement qui n'était pas encore meublé) et nous aider. Plus tard, après lorsque j'ai rencontré mon père, j'ai essayé de croire qu'il avait changé son numéro et n'avait pas laissé d'adresse de réexpédition simplement parce qu'il était un révolutionnaire idéaliste, traçant un nouveau monde pour le peuple arabe.

Même en tant que féministe, toute ma vie j'ai attendu un homme à aimer, qui pourrait m'aimer. Pendant des décennies, j’ai pensé que cette homme serait mon père. Lorsque j'ai eu 25 ans, j'ai rencontré cet homme, c’était mon frère.

A cette époque, je vivais à New York, où j'ai essayé d'écrire mon premier roman. J'avais un emploi dans un petit magazine, dans un bureau de la taille d'un placard, avec trois autres aspirants écrivains. Quand, un jour un avocat m'a appelé- moi, la fille de la classe moyenne californienne qui harcelait son patron pour nous proposer une assurance santé - et a déclaré que son client était riche et célèbre et qu’il était mon frère perdu de longue date, les jeunes éditeurs étaient en délire. C’était en 1985. L'avocat a refusé de me dire le nom de mon frère et mes collègues ont commencé à lancer une myriade de paris. Le principal candidat: John Travolta. J'espérais secrètement un descendant littéraire de Henry James - quelqu'un plus talentueux que moi, quelqu'un de brillant même sans avoir essayer.

Quand j'ai rencontré Steve, c’était un gars de mon âge en jean, au look arabe ou juif et plus beau qu’Omar Sharif.

Nous avons fait une longue marche - quelque chose, c'est arrivé, que nous avons tous les deux aimé faire. Je ne me souviens pas beaucoup de ce que nous avons dit le premier jour, seulement qu'il se sentait comme quelqu'un avec qui j’aurais choisi d'être ami. Il m’a expliqué qu'il travaillait dans les ordinateurs.

Je ne savais pas grand-chose sur les ordinateurs. Je travaillais sur une machine à écrire Olivetti.

J'ai dit à Steve que je pensais récemment à mon premier achat d'un ordinateur: celui qu'on appelle le CROMEMCO.

Steve m'a dit que c'était une bonne chose que j'ai attendu. Il m’a dit qu'il préparait quelque chose qui allait être incroyablement beau.

Je tiens à vous dire quelques petites choses que j'ai apprises de Steve, pendant trois périodes distinctes, au cours des 27 années où je l’ai connu. Ils ne s’agit pas des périodes en années, mais de ses états de santé. Sa vie pleine. Sa maladie. Son passage de la vie à la mort.

Steve a travaillé à ce qu'il aimait. Il a travaillé vraiment dur. Tous les jours.

C'est incroyablement simple, mais vrai.

Il était le contraire de distrait.

Il n'a jamais été gêné de travailler dur, même si les résultats ont été parfois des échecs. Si quelqu'un d'aussi intelligent que Steve n'avait pas honte d'admettre essayer, peut-être que je n'aurais pas besoin d'être.

Quand il s'est fait virer d'Apple, les choses étaient douloureuses. Il m'a parlé d'un dîner au cours duquel 500 dirigeants de la Silicon Valley ont rencontré le président. Steve n'avait pas été invité.

Il a été blessé, mais il allait encore travailler à NEXt. Chaque jour.

La nouveauté n'était pas la plus haute valeur de Steve. La Beauté l’était.

Pour un innovateur, Steve a été remarquablement fidèle. S'il aimait une chemise, il pouvait en commander de 10 à 100. Dans sa maison de Palo Alto, il y a probablement assez de cols roulés en coton noir pour tout le monde dans cette église.

Il n'était pas favorable aux tendances ou aux gadgets. Il aimait les gens de son âge.

Sa philosophie de l'esthétique me rappelle une citation qui dit à peu près ceci: «La mode est ce qui semble beau, mais semble laid plus tard, l'art peut être laid au début, mais devient beau plus tard."

Steve a toujours aspiré à faire du beau plus tard.

Il était prêt à être mal compris.

Non invité au bal, il a conduit sa troisième ou quatrième même voiture de sport noir à Next, où lui et son équipe ont discrètement inventé la plate-forme sur laquelle Tim Berners-Lee a écrit son programme pour le World Wide Web.

Steve était comme une petite fille qui passe la grande partie de son temps à parler d'amour. L'amour était sa vertu suprême, son dieu des dieux. Il s’inquiètait de la vie amoureuse des gens qui travaillaient avec lui.

Chaque fois qu'il voyait un homme dont il pensait qu'une femme pourrait le trouver fringant, il l’interpelait : «Hé êtes-vous célibataire? Voulez-vous venir dîner avec ma soeur ? "

Je me souviens quand il m'a téléphoné le jour où il a rencontré Laurene. «Il y a cette femme belle et elle est vraiment intelligente et elle a ce chien et je vais l'épouser."

Lorsque Reed est né, il a commencé à jaillir et n'a jamais cessé. Il était un père physique, avec chacun de ses enfants.

Aucun d'entre nous qui a assisté à la fête de remise de diplôme de Reed n'oubliera jamais la scène de danse lente entre Reed et Steve.

Son amour éternel pour Laurene l'a soutenu. Il croyait que l'amour arrive tout le temps, partout. De façon plus importante, Steve n'a jamais été ironique, jamais été cynique, jamais été pessimiste. J'essaie d'apprendre de çà, toujours.

Steve a connu le succès à un jeune âge, et il a estimé qu’il l'avait isolé. La plupart des choix qu'il a fait à partir du moment où je l’ai connu ont été conçus pour dissoudre les murs autour de lui. Un garçon de la classe moyenne de Los Altos, il est tombé amoureux d’une fille de classe moyenne du New Jersey. Il était important pour ces deux d’élever Lisa, Reed, Erin et Eve comme des enfants normaux. Leur maison n'était pas intimidante avec de l'art ou du vernis partout, en fait, lors des premières années où Steve et Lo étaient ensemble, le dîner était servi sur l'herbe, et parfois se composait d'un seul légume. Beaucoup de ce légume : le Brocoli. De la saison. Simplement préparés.

Même en tant que jeune millionnaire, Steve est toujours venu me chercher à l'aéroport. Il était là, debout, dans son jean.

Quand un membre de sa famille l’appelait au travail, sa secrétaire Linetta répondait: «Ton père est en réunion. Voulez-vous que je l’interromps? "

Ils ont une fois décidé de refaire leur cuisine, il a fallu des années. Ils ont cuisiné sur une plaque chauffante dans le garage. Le bâtiment de Pixar, en cours de construction pendant la même période, a été terminé en moitié de temps. Et ce fut tout pour la maison de Palo Alto. Les salles de bains sont restées vielles. Mais - et ce fut une distinction cruciale – c’était une grande maison pour commencer, Steve a vu cela.

Cela ne veut pas dire qu'il n'a pas su jouir de ses succès: il aimait beaucoup son succès, avec juste quelques zéros de moins. Il m'a dit combien il aimait aller au magasin de vélo de Palo Alto,et joyeusement, réalisant qu'il pouvait se permettre d'acheter le meilleur vélo là-bas.

Ce qu'il fit.

Steve était humble. Steve aimait continuer à apprendre.

Une fois, il m'a dit que s'il avait grandi différemment, il aurait pu devenir un mathématicien. Il a parlé avec révérence des universités et aimait se promener sur le campus de Stanford. Dans la dernière année de sa vie, il a étudié un livre de peintures de Mark Rothko, un artiste qu'il n'avait pas connu avant, en pensant à ce qu'il pourrait inspirer les gens sur les murs d'un futur campus d'Apple.

Steve cultivait la fantaisie. Quels sont les autres C.E.O. qui connaissent l'histoire du thé rose anglais et chinois et en a un favori, le David Austin Rose?

Il avait des surprises nichées dans toutes ses poches. Je vais risquer que Laurene découvre des surprises- des chansons qu'il aimait, un poème qu'il avait découpé et mis dans un tiroir - même après 20 ans d'un mariage très heureux. Je lui parlais tous les deux jours ou plus, mais quand j’ouvrais le New York Times et voyait un reportage sur les brevets de l'entreprise, j'étais toujours surprise et ravie de voir une esquisse pour un escalier parfait.

Avec ses quatre enfants, avec sa femme, avec nous tous, Steve a eu beaucoup de plaisir.

Il chérissait le bonheur.

Ensuite, Steve est tombé malade et nous avons vu sa vie se compresser dans un plus petit cercle.

Finalement, même les plaisirs ordinaires, comme une bonne partie de pêche, n’ont plus fait appel à lui.


Je me souviens de mon frère qui dû réapprendre à marcher de nouveau, avec une chaise. Après sa greffe du foie, une fois par jour il se levait sur ses jambes qui semblaient trop minces pour le porter, bras dressées derrière sa chaise. Il avait poussé cette chaise dans le couloir d'hôpital de Memphis vers le poste de soins infirmiers et puis il s'asseyait sur la chaise pour se reposer, faire demi-tour et revenir. Il comptait ses pas et, chaque jour, allait un peu plus loin.

Laurene s’agenouilla et le regarda dans les yeux.

"Tu peux faire cela, Steve" lui dit-elle. Ses yeux s'écarquillaient et leurs lèvres se serraient les unes contre les autres.

Il a essayé. Il a toujours, toujours essayé, et toujours avec l'amour au cœur pour cet effort. Il était un homme très émotif.

J'ai réalisé pendant ce temps terrifiant que Steve n’endurait pas ces douleurs uniquement pour lui. Il s’est fixé des objectifs: l'obtention du diplôme de son fils Reed à l'école secondaire, le voyage de sa fille Erin à Kyoto, le lancement d'un bateau qu'il construisait sur lequel il avait projeté d'emmener sa famille autour du monde et où il espérait que lui et Laurene passerait un jour leur retraite.

Même malade, son goût, sa discrimination et son jugement a tenu. Il a essayé 67 infirmières avant de trouver des âmes sœurs et ensuite il a complètement fait confiance à ces trois personnes qui sont restées avec lui jusqu'à la fin. Tracy. Arturo. Elham.

A une époque où Steve a contracté une pneumonie tenace son médecin lui a tout interdit - même de la glace. Nous étions dans une I.C.U. unité normale. Steve, qui généralement n'aimait pas les traitements de faveur ou utiliser nom, a avoué que cette fois, il aimerait être traité un peu spécialement.

Je lui ai dit: Steve, c'est un traitement spécial.

Il se pencha vers moi et dit: «. Je veux qu'il soit un peu plus spécial"

Intubé, quand il ne pouvait pas parler, il a demandé un bloc-notes. Il a esquissé les façons de tenir un iPad dans un lit d'hôpital. Il a conçu des moniteurs plus fluides et des équipements de rayons X. Il a redessiné cette unité hospitalière pas suffisamment spéciale pour lui . Et chaque fois que sa femme entrait dans la pièce, je regardais son sourire réapparaitre sur son visage.

Pour les très grandes, très grandes choses, vous devez me faire confiance, a-t-il a écrit sur son calepin. Il leva les yeux. Vous devez.

Par cela, il voulait dire que nous devrions désobéir aux médecins et lui donner un morceau de glace.

Aucun de nous ne sait exactement combien de temps nous serons ici. Sur des jours meilleurs de Steve, même dans la dernière année, il s'embarquait dans des projets sur lesquels il a fait la belle promesse, à ses amis de chez Apple , de les terminer. Certains constructeurs de bateaux aux Pays-Bas ont une magnifique coque en acier inoxydable prête à être recouvert d’une finition en bois. Ses trois filles restent célibataires, ses deux plus jeunes enfants sont encore des filles, et il aurait voulu les emmener devant l’autel, comme il l’aurait fait pour moi le jour de mon mariage.

Je suppose que ce n'est pas tout à fait exact d'appeler la mort de quelqu'un qui a vécu avec un cancer depuis des années, d’inattendue, mais la mort de Steve a été inattendue pour nous.

Ce que j'ai appris de la mort de mon frère est qu'il est ce personnage essentiel: qui il était, comment il est mort.

Mardi matin, il m'a appelé pour me demander d’accourir à Palo Alto. Son ton était affectueux, aimant, mais était celui de quelqu'un dont les bagages sont déjà attachés sur le véhicule, qui était déjà au début de son voyage, alors même qu'il était désolé, vraiment profondément désolé, de nous quitter.

Il a commencé ses adieux et je l'ai arrêté. J'ai dit: «Attends. J’arrive. Je suis dans un taxi à l'aéroport. Je serai là."

"Je te le dis maintenant parce que je crains que tu ne sois pas là à temps, chérie."

Quand je suis arrivée, lui et Laurene plaisantaient ensemble comme des partenaires qui avaient vécu et travaillé ensemble tous les jours de leur vie. Il regarda dans les yeux de ses enfants comme s'il ne pouvait pas débloquer son regard.

Jusqu'à environ 2h de l'après-midi, sa femme pouvait le réveiller, pour qu'il puisse parler à ses amis d'Apple.

Puis, après un certain temps, il était clair qu'il ne serait plus jamais réveillé pour nous.

Sa respiration a changé. Elle est devenue sévère, volontaire, délibérée. Je pouvais sentir ses dernières respirations…

Ce que j'ai appris: il travaillait à cela aussi. La Mort n'est pas arrivée à Steve, il l’a atteinte.

Il m'a dit, quand il cela a été l’heure de lui dire au revoir, qu'il était désolé, vraiment désolé que nous ne soyons pas en mesure de vieillir ensemble comme nous avions toujours prévu de le faire, et qu'il allait vers une place meilleure.

Le Dr Fischer lui a donné une chance de 50/50 de passer la nuit.

Il la traversé cette nuit, Laurene à côté de lui sur le lit le tirant parfois quand il y avait une pause plus longue entre ses respirations. Elle et moi nous nous regardions l’une l’autre, alors qu’il poussait un souffle profond et recommencer.

Ce qui devait être fait. Même maintenant, il avait profil qui restait beau, le profil d'un absolutiste, d’un romantique. Son souffle indiquait un pénible voyage, un sentier escarpé vers l'altitude.

Il semblait être dans une escalade.

Mais avec cette volonté, l'éthique du travail, la force, il y avait aussi la douce capacité de Steve pour l'émerveillement, la croyance de l'artiste dans l'idéal, le plus beau pour encore plus tard.

Les derniers mots de Steve, quelques heures plus tôt, étaient monosyllabes, répétés trois fois.

Avant de s'embarquer, il avait regardé sa soeur Patty, puis pendant une longue période ses enfants, puis regardé la partenaire de sa vie, Laurene.

Les derniers mots de Steve ont été:

OH WOW. OH WOW. OH WOW
 »




1.Posté par ANTONIO DEL VILLANO le 31/10/2011 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
+1 très bonne idée/initiativeµ
merci pour ton taf Malni, parfait !

2.Posté par Next 51 le 31/10/2011 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
next51
Excellent. Ça donne une image humaine du personnage.

3.Posté par Pouki le 31/10/2011 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Meme si je suis un "hateboy" des produits Apple, c'est un discours vraiment émouvant. Un grand homme ce Steve Jobs.

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch

 
cookieassistant.com