Connectez-vous S'inscrire

Un regard clair sur l'actu Apple, les rumeurs en moins...






 


Apple: Des tops... & des flops...

Mercredi 3 Février 2010 - 17:00


iMac, iPod, iTouch, iPhone,... autant de succès pour la pomme ?


Apple: Des tops... & des flops...
Apple ce n'est pas qu'une succès story, c'est aussi des flops...

FLOP - Apple III (1980). Successeur de l'Apple I, le premier ordinateur d'Apple, créé et commercialisé en 1976 par Steve Jobs et Steven Wozniak, l'Apple III, qui visait essentiellement une clientèle professionnelle, est un gros échec commercial pour la marque à la pomme. Victime de problèmes techniques (de surchauffe notamment) qui forceront Apple à en remplacer gratuitement un bon nombre, et vendu à un prix élevé, il verra sa production arrêté en 1984, un an avant le départ de Jobs de l'entreprise.

TOP - Macintosh (1984). Le Macintosh fête ce mois-ci ses 26 ans et reste le premier ordinateur qui a simplifié l'informatique en la rendant conviviale et en imposant les icônes (la fameuse poubelle notamment) et la souris. Il suffit de double-cliquer sur un document pour l'ouvrir, une démarche inimaginable dans le monde des lignes de codes fastidieuses des concurrents. En 6 mois, 100.000 ordinateurs sont vendus. Trop cher par rapport aux PC compatibles, trop verrouillé, le Mac peine toutefois à s'imposer et à conquérir son public. Il est toutefois l'emblème de la marque jusqu'au premier iPod. La part de marché d'Apple s'effrite dans un monde informatique dominé par les PC et Microsoft. Elle était de 12% au milieu des années 80. Elle va tomber à 2%, 20 ans plus tard.

FLOP - Newton (1993). On a beaucoup reparlé du Newton ces derniers temps avec la sortie de l'iPad: cet assistant personnel, plus gros qu'un portable mais moins qu'un ordinateur, a été développé par Michael Tchao, réembauché il y a quelques mois par Apple. A l'époque de sa sortie, John Sculley, le PDG d'Apple, en parlait comme d'un homerun, un coup parfait au base-ball. Trop en avance sur son temps (le premier Palm ne sortira que trois ans plus tard) et moqué pour les défaillances de son stylet, le Newton sera enterré par Jobs à son retour, en 1997.

FLOP - Pippin (1996). La Pippin était une innovation à plusieurs titres: développée sur un partenariat de licence avec le japonais Bandai, connu pour avoir popularisé les Tamagochi et les figurines Power Rangers, elle marquait l'entrée d'Apple sur le marché des consoles de jeux, dominé à l'époque par Sony, Nintendo et Sega. Plus chère qu'une console classique, elle offrait aussi un accès web. Au final, elle se sera révélé un vrai pépin pour Apple, avec seulement quelques dizaines de milliers d'exemplaires vendus.

TOP - iMac (1998). Le lancement de l'iMac scelle le retour de Steve Jobs aux affaires chez Apple. Ce " tout en un" signé par le designer Jonathan Ive marque une nouvelle ère pour la firme de Cupertino, l'heure de la reconquête. Apple en vend 800.000 exemplaires la première année, et renoue avec les bénéfices. Les nombreuses déclinaisons de l'ordinateur maison séduisent les utilisateurs. Pour son exercice 2009-2010, le groupe a annoncé des chiffres record: 3,36 millions de Macintosh ont ainsi été vendus, dont les deux tiers de portables, soit plus de 30% de progression en un an.

FLOP - G4 Cube (2000). Beaucoup plus petit que des ordinateurs de même puissance (450 Mhz), le G4 Cube offrait une unité centrale au design élégant et, comme son nom l'indique, cubique. Vendu cher (autour de 1.600 dollars), il séduira les aficionados de la marque, mais pas au-delà, et ses ventes décevantes vaudront à Apple ses premières pertes depuis le retour de Steve Jobs. Dès juillet 2001, Apple stoppait la production du Cube qui, un mois plus tard, faisait son entrée au musée. Et pas n'importe lequel: le Museum of modern art de New York.

TOP - iPod (2001). Avec plus de 230 millions d'exemplaires vendus dans le monde, le baladeur numérique est le gros succès commercial d'Apple, jumelé à la plateforme de distribution unique, iTunes. Au début simple lecteur de musique à grosse capacité doté d'une molette cliquable révolutionnaire, l'iPod s'est petit à petit transformé en lecteur vidéo portable pour finalement devenir le frère jumeau de l'iPhone. L'iPod Touch propose ainsi une interface tactile identique et une connexion internet wifi. L'iPod symbolise le virage d'Apple vers la musique. Aux Etats-Unis, le lecteur de musique numérique d'Apple représente 90 % du marché des lecteurs à disque dur et plus de 70 % du marché des lecteurs toutes technologies confondues. La plate-forme de téléchargement iTunes , lancée en 2003, est aujourd'hui responsable d'un quart des ventes de musique aux États-Unis en volume.

TOP -iPhone (2007). Incontestablement le coup de génie d'Apple qui révolutionne les usages de la téléphonie mobile et innove sur le plan technologique. Depuis son lancement, la firme à la pomme en a écoulé plus de 30 millions. Le groupe californien a vendu 8,7 millions de ses "smartphones" au cours des trois derniers mois de 2009, soit deux fois plus que lors de l'année précédente. Dans ce marché, Apple se classe toutefois en troisième position, derrière le champion Nokia et les Black-Berry de RIM. Le "smartphone" représente désormais la première source de chiffre d'affaires pour le groupe: il assure 36 % des ventes du groupe, contre 24 % pour les Mac et 30 % pour les iPod (plus revenus tirés d'iTunes).

TOP - App Store (2008). Début janvier 2010, Apple annonce que plus de 3 milliards d'applications ont été téléchargées depuis son "App Store" par les utilisateurs d'iPhone et d'Itouch dans le monde entier, et ce, en 18 mois. En juillet 2009, la firme de Cupertino a indiqué avoir vendu 1,5 milliard d'applications. En à peine six mois, le chiffre a doublé. De quoi donner des idées aux concurrents... La boutique en ligne d'Apple permet à ses utilisateurs de télécharger des applications réparties en 20 catégories. Au total quelque 100.000 applications disponibles. Les développeurs touchent 70 % du chiffre d'affaires généré par les applications qu'ils ont conçues et Apple, 30 %. Apple gagne incontestablement de l'argent avec les applications, mais 45 % d'entre elles valent moins de 1 dollar et 23 % sont gratuites...

TOP ou FLOP ? iPad (2010). C'est le dernier né d'Apple. La tablette numérique maison a fait couler beaucoup d'encre, avant d'être présentée en grande pompe mercredi 27 janvier. "C'est la meilleure expérience du Web que vous n'aurez jamais eue [...]. C'est génial pour regarder des films ou la télévision" déclare Steve Jobs en présentant son nouveau joujou. L'iPad va permettre de surfer sur internet, de regarder des vidéos, de lire des livres ou bien la presse, sur un écran tactile de 24,5 centimètres reproduisant l'iPhone ou l'iTouch en grand format. Et tout ça pour un prix modique compris entre 480 et 800 dollars. Que demande le peuple! Seul petit hic, Pad en anglais veut dire "serviette hygiénique"... Et il semblerait que le nom ait déjà été déposé. Est-ce pour autant suffisant pour tuer dans l'œuf "le produit magique" ?

Via challenges



1.Posté par marius buhet le 05/02/2010 10:37
Kamikaze
Plus de top que de flop...

Apple | iPhone | iPad | Apps | Divers | Windows Phone | SAMSUNG | Watch






Facebook
Twitter
Rss
Mobile





next51 : Sky Guide – La carte des étoiles est gratuite sur votre iPhone (au lieu de 3 €) https://t.co/VcT6QOptlX https://t.co/aiTB3t8mcS
next51 : HomePod, la nouvelle enceinte Apple à 349 $ https://t.co/SHnX8XESYS https://t.co/o9SfQrICLz
next51 : Bear, la meilleure application d'écriture de Notes sur iPhone https://t.co/zcfioJX8cv https://t.co/8yUXrlKi3U



cookieassistant.com